Prenez un temps pour vous dès maintenant :
contact@shanti-med.fr

FAQ

shanti-med > FAQ

La sophrologie s’adresse à tous ceux qui veulent s’améliorer, en posant une pensée positive en eux-mêmes.

La sophrologie s’adresse à des publics de tout âge et toute origine.

On distingue trois champs d’application principaux : médical et paramédical, destiné et réservé aux professionnels de la santé, social, éducatif et sportif, destiné et réservé aux travailleurs sociaux, éducateurs, enseignants, formateurs, entraineurs sportifs, etc. et enfin, préventif, qui est une application de la Sophrologie Caycédienne à la gestion du stress ou à l’amélioration de la performance dans des contextes tels que l’entreprise, les organisations, les métiers de la création, etc.

La phénoménologie est un courant philosophique majeur apparu au 20ème siècle, avec le philosophe Edmund Husserl (1859-1938), et qui propose une nouvelle manière d’étudier la conscience grâce à la méthodologie phénoménologique.

Le Dr. Caycedo va adapter cette méthodologie pour étudier la conscience humaine en utilisant des attitudes phénoménologiques telles que la « suspension du jugement » ou « l’épochè », qui consiste à accueillir les « phénomènes » qui apparaissent durant la séance sans les juger, les comparer ou les interpréter.

La sophrologie peut être utilisée comme complément à des thérapies (para)médicales mais ne s’y substitue pas.

Selon le but recherché on se réfèrera à une séance de sophrologie simple ou à une séance de sophrologie à objectif thérapeutique.

Une séance de Sophrologie Caycédienne à objectif purement thérapeutique n’est possible que si un diagnostic spécifique a déjà été établi par un praticien (médecin, psychologue, physiothérapeute, etc.) et si ce dernier estime que la sophrologie constitue un traitement adapté au trouble identifié.

Contrairement à l’hypnose, la sophrologie n’est pas une méthode de suggestion dans laquelle le sujet est passif. La personne qui la pratique, bien qu’orientée par le sophrologue, reste pleinement consciente ; elle est l’acteur principal de ses expériences et du changement qui en résulte.

Au-delà de l’apprentissage de techniques de relaxation permettant de se détendre ou de surmonter les problèmes de la vie quotidienne, la sophrologie est une philosophie et permet de développer une attitude positive face à la vie, pour une existence sereine et pleine de valeurs.

La Sophrologie Caycédienne n’est pas une branche de la sophrologie mais bien la sophrologie dans sa forme authentique telle que créée et développée par son fondateur, le Dr. Alfonso Caycedo depuis 1960.

C’est avec une approche résolument médicale et scientifique qu’il crée cette nouvelle discipline appelée « sophrologie » d’après les racines grecques SOS-PHREN-LOGOS ou « étude de la conscience en équilibre ».

Il ne protègera pas cette dénomination, loin de se douter à l’époque du formidable développement que sa discipline allait connaitre.

En 1992, pour bien encadrer sa technique et la différencier des pratiques qui se sont développées de façon parfois anarchique sous le nom de « sophrologie » devenu générique, le professeur Caycedo dépose alors le nom de « Sophrologie Caycédienne ».

Pratiquer la Sophrologie Caycédienne® ou s’entraîner avec un sophrologue Caycédien est la garantie de recourir à une pratique reconnue et contrôlée, et à des professionnels formés dans le respect de l’authenticité de la méthode.

Toute personne en pleine possession de ses facultés peut pratiquer la Sophrologie Caycédienne®. Le sophrologue adaptera toujours les exercices proposés à la condition psycho-physique de son sophronisant.

Les trois premiers degrés de la Méthode Caycedo® sont le résultat des études phénoménologiques et scientifiques menées par le Dr Alfonso Caycedo lors de son séjour de deux ans en Inde puis au Japon. Ils sont une adaptation à la sensibilité occidentale de certaines techniques de base du yoga et du zen.

La sophrologie fournit une base théorique et une méthode basée sur la phénoménologie existentielle. Il s’agit d’une méthode apolitique et n’appartenant à aucune confession, au moyen de laquelle chacun est libre de vivre la spiritualité et les croyances qui lui sont propres.

Chaque étape de la Méthode Caycedo® a ses objectifs propres et se compose d’une série d’exercices basés sur la concentration, l’imagination et la contemplation. Certains exercices utilisent les cinq sens pour développer la conscience contemplative, ce qui nous amène à être plus conscients du moment présent.

D’autres techniques utilisent l’imagination pour aider à anticiper positivement le futur et à mettre en valeur les sentiments positifs du passé.

Au cours des séances, la personne va apprendre à devenir plus consciente d’elle-même, à être « sujet » de son corps et de son esprit ; elle prendra peu à peu les rênes de sa vie, en s’éloignant des automatismes et des conditionnements, de la tyrannie du matérialisme et de l’urgence quotidienne.

D’un point de vue corporel, ces exercices réveillent des sensations de vitalité et aident à relâcher les tensions. Ils procurent un sentiment de sérénité, de bien-être physique et mental qui va permettre de sortir de l’état de stress permanent.

  • Une simple boîte à outils de techniques permettant de se détendre, de gérer son stress, etc. La sophrologie est une démarche à travers laquelle chacun va pouvoir mieux se connaître et mobiliser ses capacités de bien-être, d’adaptation et d’évolution. Cette démarche phénoménologique est aussi importante que les techniques elles-mêmes.
  • Une simple méthode de relaxation : même si la capacité de détente et de récupération est souvent travaillée en sophrologie, la relaxation n’est pas une fin en soi.
  • De l’hypnose : il n’y a aucune suggestion inductive de la part d’un sophrologue, la sophrologie développe au contraire l’autonomie et la participation active.
  • Une sorte de yoga : même si le corps occupe une place centrale dans la démarche, il n’y a ni posture obligatoire, ni croyance en sophrologie.
  • De l’autosuggestion : la sophrologie développe la connaissance de soi et les capacités d’adaptation et d’action. Il ne s’agit en aucun cas de voir la vie en rose ou de s’auto-suggérer que tout va bien ou mieux.
  • Une méthode « magique » : ni au niveau des techniques qui s’appuient sur la recherche scientifique, ni dans la pratique qui est un entraînement volontaire et méthodique.
  • Une psychothérapie : sauf s’il est aussi un professionnel qualifié, un sophrologue n’est pas habilité et formé pour diagnostiquer et prendre en charge des troubles entrant dans le cadre des psychopathologies.  Un sophrologue ne cherche pas à interpréter des symptômes, des ressentis, des vécus. Il ne s’intéresse pas à l’inconscient et ne cherche pas, par exemple, à faire remonter des expériences vécues refoulées. Un sophrologue pourra, par contre, intervenir de manière très bénéfique en complément et souvent en collaboration avec un médecin, un psychologue, ou un psychothérapeute.
Ce site utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.